15 novembre 2016 - 10h22, par Elisabeth Nay 

Gerhard Berger est d´accord pour dire que les comparaisons entre la légende de la F1, Ayrton Senna, et le "sensationnel" Max Verstappen sont appropriées.

Le jeune pilote avait déjà été comparé à Senna avant même qu´il débute en F1, mais ce genre de déclarations est revenu en force après le Brésil, où Helmut Marko a laissé entendre que la course effectuée par Verstappen lui a rappelé la légendaire course de Senna à Donington en 1993.

« Le vrai héros du jour a été Verstappen, qui a réalisé sa course dimanche comme le faisait Senna » affirme-t-il. « A l´âge de 19 ans, il a bâti le pont impossible entre le passé et le présent, avec son courage et son arrogance, en mettant tous les autres pilotes sous pression. »

Christian Horner n’hésitait pas lui à comparer le pilotage de Verstappen a celui vu sous la pluie chez Michael Schumacher au GP d’Espagne 1996 et chez Senna, lors du GP de Monaco 1984.

« La performance de Max me rappelle ces deux courses, oui. C’était très, très spécial de la part de Max. Vous ne voyez pas ce genre de course de la part d’un pilote très souvent. »

Ce genre de superlatifs de la part des médias et des experts est plutôt monnaie courante en F1, mais Berger donne à sa comparaison Verstappen/Senna une véritable crédibilité, parce que l´Autrichien était probablement le coéquipier le plus mémorable de Senna et son ami.

« Oui, quand je vois Max, Senna me vient à l´esprit » a reconnu Berger.

« C´est la première fois que je dis une chose de ce genre, parce que j´étais vraiment proche d´Ayrton et je pense qu´il était le plus grand. »

« Dans sa personnalité, son pilotage, ses résultats, sa préparation. Il était différent de tous les autres. J´ai toujours respecté cela et c´est pourquoi j´évitais les comparaisons, mais avec Max c´est difficile de l’éviter. »

Concernant la performance de Verstappen à Interlagos, Berger est plus qu´enthousiaste : « C´était impressionnant. »

« Il était toujours en train d´essayer de nouvelles lignes. Même derrière la voiture de sécurité, il étudiait le circuit. Les ingénieurs des autres équipes ont même dit à leurs pilotes de l´imiter. »

« Il savait exactement quoi faire, et c´est ahurissant à son âge. Il a cherché et trouvé des trajectoires impossibles, en faisant passer les autres pour des élèves. Le contrôle de sa voiture, lorsqu´il a évité l´accident sur la ligne droite, était fou » ajoute l´ancien pilote.

Quant aux critiques sur Verstappen, qui disent que le pilote Red Bull demeure trop arrogant, Berger insiste : « Quelqu´un comme lui peut se le permettre. »

 

 

.
.
.