05 janvier 2015

Decès de Jean Pierre Beltoise...

5 janvier 2015 - 14h46, par Olivier Ferret 

Nous avons appris avec tristesse le décès de l’ancien pilote de Formule 1 français Jean-Pierre Beltoise, à l’âge de 77 ans. Il a été victime de deux accidents vasculaires cérébraux successifs alors qu’il se trouvait en vacances au Sénégal.

Beltoise avait participé à pas moins de 85 Grands Prix de F1 et il avait remporté une victoire historique au Grand Prix de Monaco en 1972 (photo)

BIGcourageous

Son meilleur classement au championnat pilotes a été 5ème, en 1969.

Toute l’équipe de Nextgen-Auto.com adresse ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches de Jean-Pierre Beltoise.

Biographie sportive

Jean-Pierre Beltoise aurait pu aller très loin en F1, dommage que ses efforts n’aient pas été mieux récompensés.

Né à Paris, Jean-Pierre Beltoise débuta sa carrière dans les sports mécaniques, d’abord sur deux roues, terminant plusieurs fois champion de France de moto. Il disputa sa première course automobile en 1963, lors de la Targa Florio, avec une voiture de René Bonnet et l’année suivante, il débute également en F2. Mais lors des 12 heures de Reims, Jean-Pierre est victime d’un terrible accident qui faillit lui faire perdre l’usage d’un bras. Il revient en 1965, dans la Formule 3 avec l’écurie Matra. Il remportera deux courses, ainsi que le titre français de F3.

La saison suivante, il est de retour dans le championnat d’Europe de F2, avec Matra et dispute indirectement sa première course en F1, lors du GP d’Allemagne, où F1 et F2 disputaient la même course. Il terminera 8ème de la course, et premier dans sa catégorie. La saison suivante, le championnat d’Europe fait son apparition. Et Jean-Pierre remportera une autre victoire, mais c’est son coéquipier Jacky Ickx qui termine champion. Cette même saison, il dispute ses premières courses de F1 avec une Matra MS7. En 1968, Jean-Pierre remporte 5 GP de F2 et le titre européen. En F1, il mène durant 4 tours lors du GP d’Espagne, puis termine à la seconde place du GP des Pays-Bas.

La saison suivante, Jean-Pierre décrochera plusieurs fois un podium, dont une seconde place lors du GP de France. A la fin de la saison, il terminera à la 5ème place du classement. En 1970, Jean-Pierre terminera à la 3ème place lors des GP de Belgique et d’Italie. Il réussira à se qualifier en seconde position lors du GP de France, puis profitera des problèmes de Ickx pour mener la course sur le circuit Charade, avant d’être victime à son tour de problèmes mécaniques.

La saison suivante, il ne pourra jamais approcher un podium. Pire, il est suspecté en Argentine d’avoir été à l’origine de l’accident qui sera fatal à Ignazio Giunti. Sa super licence est menacée, il sera suspendu pendant 3 courses. A la fin de la saison, il part pour BRM. 

Et c’est sur le circuit de la Principauté, en 1972, qu’il va remporter son unique victoire dans le championnat du monde de F1. Par temps pluvieux, Jean-Pierre, parti de la 4ème position sur la grille de départ, va mener la course du premier jusqu’au dernier tour. Une magnifique performance qui malheureusement restera sans suite durant la saison, ne terminant jamais dans les points. C’est à la fin de l’année, qu’il va remporter une autre course de F1, le World Championship Victory Race, une course hors-championnat à Brands Hatch.

En 1973, Jean-Pierre dispose d’une P160 version E, qui n’est ni fiable, ni performante, il ne pourra faire mieux que 4ème en course lors du GP du Canada, qu’il mènera 6 tours durant.

En 1974, il dispose lors de la 3ème épreuve à Kyalami en Afrique du Sud d’une nouvelle monoplace, la P201. Jean-Pierre terminera 2ème de la course, mais cette performance ne sera jamais réitérée. A la fin de la saison, Jean-Pierre quitte la F1. Mais dans le même temps, il aura remporté ses premiers et seuls succès en voiture de sport, il gagne 4 courses avec une Matra-Simca MS670C. il disputera quelques course par la suite, avec Peugeot dans les années 80 en voitures de tourisme, avant d’arrêter définitivement.

 

 

Je l'avais vu à Monaco en 1968, au volant de la Matra MS10, au bruit extraordinaire:

C'est une partie du Sport Automobile français qui s'en va.

1968-Monaco-048-Beltoise-Casino

.
.
.

Posté par SireBruno à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 décembre 2014

Michael Scumacher...

Pour ceux et celles qui lisent le dires de Streiff

(de la part d'un ancien de la F1, qui roule en fauteuil, la monindre des choses serait qu'il s'occupe de son materiel)

À sa décharge, je dirais que nous sommes le 29 decembre, et qu'il faut bien vendre. Peut-être, pour changer ses pneus lors de son prochain Pit-Stop

 

 

29 décembre 2014 - 09h01, par Olivier Ferret 

Cela fait un an aujourd’hui que Michael Schumacher a été impliqué dans un accident de ski en France, dans la station de Méribel. Le septuple champion du monde est tombé à faible allure mais la tête la première sur un rocher. Le casque qu’il portait n’a pas suffi à lui éviter de graves blessures à la tête.

Après de nombreux mois d’hospitalisation et d’attente à Grenoble puis à Lausanne, l’Allemand a pu rentrer chez lui en septembre dernier pour poursuivre sa réadaptation et sa guérison auprès des siens. Une période qui s’annonce bien longue et difficile selon Sabine Kehm, sa manager, qui s’est exprimée auprès de Reuters.

"Nous avons besoin de beaucoup de temps. Cela va être long et le combat est difficile. Michael fait des progrès appropriés à la sévérité de sa situation," dit-elle.

Concernant les propos de Philippe Streiff publiés hier dans le Parisien, elle déclare que l’ancien pilote de F1 français ne fait pas partie des amis proches de Schumacher et que le fait qu’il ait eu des contacts avec les deux personnes nommées (Corinna et Saillant) était "factuellement faux."

"Je ne peux pas confirmer ce que Streiff a dit. Je peux seulement dire que je ne sais pas où Streiff a eu ses informations parce qu’il n’a pas eu de contact avec nous et il n’en a jamais eu."

De son côté Gérard Saillant a également déclaré : "Depuis un an je n’ai eu aucun contact verbal, écrit ou physique avec Philippe Streiff."

 

 

2014-Jerez-Scuderia

 

.
.
.

 

 

Posté par SireBruno à 10:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2014

Un conte de fées qui existe

Un conte de fées qui existe

1er décembre 2014 - 18h07, par Olivier Ferret 

Sebastian Vettel a commencé une nouvelle étape dans sa carrière avec l’équipe Ferrari, et après ses quatre premiers jours passés au sein de la Scuderia, il a décrit son expérience comme "un conte de fées".

Le pilote allemand était arrivé à Maranello dès vendredi pour commencer à se familiariser avec ce qui sera sa maison pour au moins les trois prochaines années. Le samedi, ce fut le grand moment : il est monté à bord de la F2012 à Fiorano pour 100 tours environ, sur une piste humide. Le dimanche a été consacré à une journée dans le simulateur avant de rencontrer aujourd’hui Sergio Marchionne, le nouveau président de la Scuderia, Maurizio Arrivabene, nouveau patron d’équipe et James Allison, le directeur technique.

"Il y a beaucoup de contes de fées sur Ferrari et de choses dites sur ce que cela fait de piloter une voiture rouge. Et après coup, vous ne pouvez que confirmer que ces contes de fées existent," déclare Vettel ce soir à la presse.

"Ce n’est pas juste une histoire, c’est une véritable légende vivante, qui existe. C’est vraiment spécial de faire partie de cela, spécial d’être à bord de la voiture et de voir comment les gens accourent près du circuit et grimpent sur les grillages pour essayer de voir la voiture."

"Il y a certainement quelque chose de magique et ce qui m’est arrivé en étant ici je ne l’oublierait jamais. C’est unique."

Le quadruple champion de monde a rappelé que cette expérience à Fiorano a rappelé son enfance : il était venu à Maranello pour essayer de voir Michael Schumacher !

"Je me souviens que j’étais venu ici il y a très longtemps quand j’étais petit, j’essayais moi aussi de voir par dessus la clôture. C’est super d’être ici et de faire officiellement partie de l’équipe, être capable de conduire la voiture et rencontrer l’équipe."

"Evidemment, le rouge est une couleur très différente pour moi. Tout le monde porte du rouge, tout est rouge, mais c’est vraiment quelque chose de spécial et je suis très excité par le défi qui nous attend pour les années à venir."

 

Trois tours (parmis la centaine) au volant de la F2012, et salutaions aux nombreux passionnés accrochés aux grillages.

un pour chauffer les pneus, un rapide, et un pour rentrer

 

.


.

.

Posté par SireBruno à 20:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 novembre 2014

16 novembre 1995... 29 novembre 2014...

Il y a 19 ans presque jour pour jour, Michael Schumacher prenait la piste à Fiorano aux commandes de la 412 T2.

16-11-1995-Fiorano-412 T-Schumacher

 

Ce matin, c'était au tour de Sebastien Vettel, au volant d'une F2012.

L'Histoire (avec un Immense "H") se repetera t-elle?

2014-Fiorano-F2012-Vettel-29-11-1

2014-Fiorano-F2012-Vettel-29-11-2

 

2014-Fiorano-F2012-Vettel-29-11-3

2014-Fiorano-F2012-Vettel-29-11-4

.
.
.

Posté par SireBruno à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 novembre 2014

Au commandes de la F12 Berlinetta...

En 1985, José Rosinski (journaliste et pilote de voitures de sport) avait déclaré à la suite de son essais au volant de la Ferrari Testa Rossa: "À 300 km/h, au volant de la Testa Rossa, vous pouvez fumer votre cigare, mais au volant de la Lamborghini Countach, vous risquez bien de l'avaler"


Sebatien Vettel (quadruple champion de monde F1, et prochain pilote Ferrari en 2015) fumait-il un cigare???

 

2014-Abu Dhabi essais prive-Vettel-box

 

.
.
.

 

 

 

Posté par SireBruno à 13:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 novembre 2014

Alonso laisse la place à Vettel...

La Scuderia Ferrari, vient d'annoncer officiellement sa séparation à l'amiable avec Fernado Alonso, et quelques minutes plus tard, l'engagement de Sebastien Vettel pour la saison 2015.

Durant les cinq dernières années, Alonso à terminé à trois reprises second du Championnat du monde.

2012-Valencia-F2012-Alonso-295-3

 

Sebastien Vettel fera équipe avec Kimi Raikkonen.

2012-Interlagos-Domenicali & Vettel-apres la course

 L'image que je retiendrais d'Alonso, c'est celle ci. À sa descente de voiture en 2010 à Abu Dhabi, après une énorme erreur de son stand il manque le titre mondial.

2010-Abu Dhabi-Alonso fin de course


.
.

Posté par SireBruno à 11:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 novembre 2014

Raikkonen et la F12 Berlinetta...

 

Maranello, le 13 novembre 2014

Deux grands champions joignent leurs forces sur le circuit de Fiorano

Onze journalistes des plus prestigieuses revues automobiles du monde entier ont pu essayer pendant une journée la F12 Berlinetta sur le circuit de Fiorano. Assistés des ingénieurs et pilotes d’essai Ferrari, ils ont pu avaler les kilomètres en allant tutoyer leurs limites et celles de la voiture. Le groupe a appris à exploiter les 740 ch du V12 à moteur central avant et l’équilibre sportif naturel de la voiture.
La piste mouillée a également permis aux journalistes d’expérimenter les différents paramètres du manettino pour tester la voiture sous diverses conditions d’adhérence. Toutes les commandes dynamiques ont été désactivées lorsque le pilote de la Scuderia Ferrari Kimi Raikkonen s’est installé au volant et a prodigué des conseils très spéciaux. Les invités ont ressenti le grand frisson lorsqu’ils ont bouclé le circuit de Fiorano aux côtés du Champion du monde dans la F12 Berlinetta poussée dans ses ultimes retranchements. Ils ont ainsi pu observer les performances de pointe de la voiture la plus rapide du Cheval cabré, tout en ressentant beaucoup de plaisir. Une expérience inoubliable, comme le prouvent les images de la caméra embarquée orientée sur les passagers.

2014-Fiorano-F12 Berlinetta & Raikkonen

Source:  http://formula1.ferrari.com/it/

 

.
.
.

 

Posté par SireBruno à 13:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 novembre 2014

Menaces de boycott à Austin...

 


5 novembre 2014 - 08h14, par Olivier Ferret 

Mario Andretti, ancien pilote de F1 et ambassadeur du GP des USA, a admis ne pas avoir du tout apprécié les menaces de boycott de la part de Force India, Sauber et Lotus à Austin. L’Américain a des mots très durs et estime qu’il faut bannir à vie les équipes rebelles.

"Ces rumeurs malsaines de boycott potentiel ont été dévastatrices de plusieurs façons. Ces personnes ne réalisent pas qu’au final elles se tirent elles-mêmes une balle dans le pied. Qui punissez-vous en faisant cela ?"

"Tout d’abord les fans, qui paient et font parfois un long voyage pour venir vous voir. Mais aussi les sponsors, qui vous soutiennent et vous permettent de rester en vie. Et vous punissez l’essence même du sport, ce qui fait qu’il existe."

"Seules des personnes étroites d’esprit peuvent penser en ces termes et j’ai vraiment un problème avec cela. Il faut se souvenir de ce que Michelin a fait à la F1 à Indy en 2005. Les équipes ou les personnes qui font ça doivent être bannies pour toujours. Il n’y a pas de place pour cela, c’est trop destructeur."

Pour Andretti il y aura toujours des petites et des grandes équipes.

"C’est comme cela. Je me souviens qu’en 1976, ma première saison complète en F1, Frank Williams en était à ses débuts et m’a dit qu’un jour il serait comme Colin Chapman (le fondateur de Lotus). Je n’ai jamais oublié ce qu’il m’a dit. Je voudrais donc que ces petites équipes, au lieu de pleurer, se disent qu’un jour elles voudraient être comme McLaren ou Ferrari."

 

 

.
.
.

Posté par SireBruno à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 octobre 2014

Un preté pour un rendu...

Di Montezemolo confirme le départ d’Alonso


15 octobre 2014 - 22h12, par Olivier Ferret 

Ce soir, l’ancien président de Ferrari, Luca di Montezemolo, a confirmé le départ de Fernando Alonso lors d’une émission diffusé sur la Rai 1.

L’Italien coupe l’herbe sous le pied de son ancienne compagnie et du nouveau président, Sergio Marchionne, en annonçant qu’Alonso en a eu assez et va aller voir ailleurs. Sans surprise...

"Fernando va quitter la Scuderia Ferrari et il s’en va pour deux raisons : il veut tout d’abord se lancer un nouveau défi et changer d’air."

"Fernando est aussi arrivé à un âge où il veut concrétiser un nouveau titre. Il ne peut plus attendre trop longtemps pour gagner à nouveau. Il est évidemment déçu de ne pas avoir gagné avec Ferrari."

"Fernando a perdu une part de sa motivation et il lui faut un nouveau challenge."

Fernando Alonso devrait rebondir chez McLaren Honda alors que Sebastian Vettel va le remplacer chez Ferrari.

.


16 octobre 2014 - 09h22, par Olivier Ferret 

Luca di Montezemolo n’a pas seulement évoqué le départ de Fernando Alonso de Ferrari à la Rai 1 hier soir, mais aussi son propre départ, en début de semaine. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’a guère apprécié la façon dont il a été débarqué par Sergio Marchionne.

La raison n°1 serait le manque de résultats de Ferrari en F1, et l’Italien s’insurge.

"Un manque de résultats ? Souvenez-vous que depuis 1999 nous avons gagné 14 titres en 15 ans. Heureusement ou malheureusement le sport n’est pas une science exacte et en Formule 1 il y a des cycles. Le nôtre a été très long."

"Lors des des dernières années, nous avons été l’équipe qui a le plus gagné. En 2008, en 2010 et en 2012 nous avons perdu le championnat lors de la dernière course. Le plus décevant c’est 2014, mais c’est le sport."

"Renault a eu son cycle pendant deux ans, maintenant nous sortons du cycle Red Bull pour arriver dans celui de Mercedes. Et Ferrari ouvre un nouveau cycle avec beaucoup de travail et d’investissement, pour prendre en compte le fait qu’aujourd’hui ces F1 sont hybrides et bien les faire fonctionner est la clé."

Mais Montezemolo admet que le plus décevant c’est la manière dont son départ a été orchestré.

"J’ai toujours eu une relation très forte avec la famille Agnelli et je pense avoir fait quelque chose d’important en 2004 quand j’ai accepté de prendre la direction de Fiat dans des circonstances très dramatiques. Peut-être qu’un petit merci aurait été le minimum attendu."

"Je ne cache pas que je ne suis pas vraiment ravi de la façon donc cela s’est passé mais cela fait partie de la vie et c’est le propriétaire qui prend les décisions."

Selon l’Italien, sa place s’est jouée avec l’entrée en bourse cette semaine du groupe Fiat Chrysler.

"Tout s’est déroulé un peu vite concernant cette entrée en bourse, qui a eu lieu il y a deux jours. Il fallait que Ferrari soit intégrée à ce grand groupe et je pense que cela a un peu accéléré le temps."

Montezemolo a aussi eu quelques mots pour Jules Bianchi et il est très touché par ce qui est arrivé au Français.

Il souligne toutefois que "la F1 a fait d’énormes progrès avec la sécurité. Malheureusement il y a toujours des accidents qui peuvent se produit mais dans le cas de Jules, notre pilote, ce tracteur n’aurait pas dû être là."

 

.
.
.

 

 

Posté par SireBruno à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 octobre 2014

Grazie mille Luca

Ce stato la Ferrari di Enzo, quella di Luca. Speriamo che quella che si apre oggi resta alla Ferrari.

Grazie mille Luca.

2014-10-12-Maranello-Luca di Montezemolo addio alla Ferrari

 

2014-octobre-Luca di Montezemolo et Piero Ferrari

"Non dimencate mai, che La Ferrari e la piu belle azienda del mondo"

Luca di Montezemolo

 

Grazie Signor Luca

 

 

.
.
.

Posté par SireBruno à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]