05 décembre 2013

Ferrari e il dopo Ecclestone...

sutton-images.com
sutton-images.com

La Ferrari ha un diritto di veto sulla scelta del successore di Bernie Ecclestone. Lo rivela Bernie Ecclestone alla Cnn sulla base dei documenti preparati per la quotazione in Borsa della F.1.

È qui che si legge: «Dobbiamo ottenere il consenso scritto della Ferrari prima della nomina di un CEO (equivalente al nostro amministratore delegato, ndr) se questa persona, nei cinque anni precedenti, ha ricoperto un ruolo dirigenziale in un team, o ha detenuto quote pari almeno al 5 per cento in una squadra o in una Casa legata a un team anche come motorista».

Capito adesso perché Montezemolo dice che la nomina di Christian Horner come sostituto (quando sarà il tempo…) di Bernie è solo una battuta? Il capo della Red Bull non potrebbe mai essere eletto senza il permesso della Ferrari. Ed è difficile che questo permesso arrivi. Lo stesso vale per ogni manager che ha trascorsi recenti in una squadra, o magari nelle varie Mercedes e Renault.

Lo stesso Montezemolo, pochi giorni fa, aveva affermato: «Abbiamo un diritto di veto, per cui non si può dire che manchiamo di potere politico». Con questa facoltà, Ferrrari può controllare il dopo-Ecclestone. E Bernie aveva detto in Brasile che dopo di lui ci vorrebbe un uomo già esperto di F.1…

 

Source: corriere dello sport

 

.
.
.

Posté par SireBruno à 13:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 novembre 2013

2014 doit être l’année de la victoire totale !

 

Qu’on se le dise !


27 novembre 2013 - 12h37, par D. Thys 

Luca di Montezemolo, le président de Ferrari, est bien sûr très déçu par le résultat final de cette saison 2013. Il ne faudra plus que cela se reproduise l’année prochaine, Ferrari a fait de gros efforts pour revenir au sommet.

C’est sans aucun doute une année à oublier, cette saison a été très décevante,” déclare Luca di Montezemolo. “Selon moi, il y a trois raisons qui expliquent cela. La première est que nous avons été incapables de faire progresser la voiture durant la deuxième moitié de la saison. Je veux des explications à ce sujet, car si nous comprenons pas les raisons, ce n’est pas bons. La seconde raison concerne les pneus ; Je ne cherche pas des excuses, mais nous avons construit une voiture qui fonctionnait avec certains pneus et avec lesquels nous avons été très compétitifs. Ensuite, ils ont changé les pneus et cela nous a sans aucun doute désavantagé et cela a avantagé d’autres.”

Pour finir, il y a eu une interprétation des règles faite par une autre équipe et je dois dire que cela m’a semblé un peu étrange. Cette équipe (Mercedes) a reçu une sanction qui ressemble un peu à ce qu’aurait fait Ponce Pilate. Nous allons discuter en interne de la première raison et dans un endroit plus approprié de la deuxième. Finalement, il nous a manqué les points que Felipe Massa aurait dû marquer. Il faut que nous comprenions ce qui nous est arrivé pour faire mieux l’année prochaine.”

Est-ce la sanction infligée à Felipe Massa au Brésil qui a coûté la deuxième place du championnat à Ferrari ? Cette sanction était disproportionnée, comme l’était celle infligée à Hamilton. Si Felipe était resté à la quatrième place, nous aurions pris la deuxième place du championnat. Souvent, les personnes qui viennent sur les circuits pour endosser le rôle de commissaires prennent des décisions ridicules et anachroniques. Ils devraient prendre garde au fait que nous avons besoin de crédibilité. Ils doivent respecter le travail des équipes, l’argent qui est investi et les pilotes qui risquent leur vie, ajoute le patron italien.

La saison 2014, Luca di Montezemolo espère qu’elle sera un peu plus rose ou plutôt un peu plus rouge ! Notre objectif est de construire une voiture capable de gagner. Nous avons mené une réorganisation profonde et des ingénieurs de grandes renommées comme James Allison sont arrivés chez nous. Le règlement technique va changer, ce qui donnera plus d’importance à certaines choses comme le moteur, un domaine dans lequel nous sommes très compétents. Nous avons de bonnes raisons d’être optimistes, tous les ingrédients pour la victoire sont en place.

 

 

.
.
.

Posté par SireBruno à 13:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2013

Si volta pagina, senza dimenticare la lezione...



Maranello, 25 novembre: In Formula 1 non ci si ferma mai. La stagione 2013 si è conclusa nemmeno ventiquattr’ore fa ma la testa è già rivolta alla prossima: del resto, fra poco più di due mesi si tornerà in pista a Jerez de la Frontera per la prima delle tre sessioni di test precampionato.

Non c’è quindi un minuto da perdere perché alla Ferrari sappiamo che ogni energia deve essere concentrata sulla nuova vettura e sulla preparazione del prossimo campionato. Se è vero che le scelte fondamentali sono già state compiute è altrettanto vero che c’è tantissimo lavoro da fare per essere pronti sin dall’inizio. Mai come questa volta i tanti cambiamenti regolamentari determineranno un reset tecnico e, conseguentemente, l’opportunità di ricominciare più o meno tutti allo stesso livello. Una volta completato il programma di aggiornamento della galleria del vento, ormai tornata a funzionare a pieno regime, e rinforzato l’organico tecnico con l’arrivo di James Allison e di altri ingegneri, ci sono tutti gli elementi per essere in grado di competere ai massimi livelli, consapevoli che ci sarà soltanto un risultato che potrà soddisfare: la vittoria. La squadra lo deve a se stessa, ai suoi piloti e ai suoi straordinari tifosi che, anche in una stagione difficile, ci sono stati sempre vicini, dimostrandosi ancora una volta i migliori del mondo.

E’ anche arrivato il momento di fare il bilancio di un campionato, quello concluso ieri, che ha riservato più delusioni che gioie. Fra le prime, la più grande è quella di non aver saputo adeguare la F138 ai cambiamenti intervenuti nel corso della stagione sul fronte degli pneumatici. E dire che il primo obiettivo chiesto da Domenicali ai suoi uomini proprio un anno fa – partire subito con una vettura in grado di vincere – era stato centrato: due vittorie e un podio nelle prime cinque gare e altri due podi sfuggiti dalle mani per episodi sono lì a testimoniarlo. L’estate non ha fatto registrare quel cambio di marcia nello sviluppo complessivo della vettura che sarebbe stato necessario per contrastare lo strapotere del binomio Vettel-Red Bull, assoluto dominatore della seconda parte della stagione: sulle ragioni per cui questo salto di qualità non è arrivato i tecnici dovranno lavorare tanto in modo da non ripetere certi errori che quest’anno sono stati pagati a caro prezzo.

Alla resa dei conti nel bilancio rimangono due vittorie (Cina e Spagna) e due piazzamenti da Champions League, tanto per usare un paragone calcistico: il secondo posto di Fernando Alonso nella classifica Piloti e il terzo della squadra in quella Costruttori. Fernando è stato ancora una volta straordinario: il fatto di essersi piazzato tre volte in questa posizione su quattro stagioni disputate con la Scuderia va ascritto soprattutto al suo talento nonché alla bravura di una squadra che, in pista, ha lavorato tanto e bene. Non crediamo di peccare di presunzione se affermiamo che, complessivamente, affidabilità, gestione delle strategie e lavoro ai pit-stop sono stati i migliori del lotto in questo 2013, segno che, anche quando le cose non vanno per il verso giusto, è sempre meglio far attenzione a non buttar via il bambino insieme all’acqua sporca.

Il terzo posto della squadra rappresenta comunque un segno di continuità al vertice che non ha eguali. Nessuno, non soltanto in Formula 1 ma anche nelle discipline sportive più importanti, può dire di essere rimasto dal 1994 ad oggi – con la sola eccezione del 2009, quando fu quarta per un punto – fra i primi tre della classifica mondiale. Resta poi un po’ d’amarezza per la penalità, a dir poco spropositata, inflitta ieri a Felipe Massa, che lo ha privato di un piazzamento fra i primi quattro. Senza il drive-through il brasiliano si sarebbe classificato al quarto posto e la squadra avrebbe ottenuto 27 punti, 17 in più della Mercedes (dieci punti all’attivo: otto dal sesto posto di Rosberg e due dal nono di Hamilton) e avrebbe così avuto due lunghezze di margine sulla squadra anglo-tedesca nella classifica finale: una beffa, la penalità, di cui sicuramente non si sentiva la mancanza.

Interlagos ha segnato non soltanto la fine della stagione 2013 ma anche la conclusione di un rapporto, quello fra la Scuderia e Felipe, iniziato ben dodici anni fa. E’ stato un fine settimana emotivamente molto intenso per tutti coloro che erano in pista ma anche per chi, da Maranello, ha lavorato per tanti anni a fianco del pilota brasiliano. “Ci ha salutato con una bellissima prestazione ed è davvero un peccato che non abbia potuto farlo da quel podio da cui, cinque anni fa, dette una lezione di dignità e sportività a tutto il mondo” – ha detto Stefano Domenicali, uno di quelli che è sempre stato accanto a Felipe, nella buona e nella cattiva sorte – “Ci sono state tante emozioni che si sono susseguite in questi giorni, una dopo l’altra. A Felipe ho detto via radio, nel giro di rientro, che resterà sempre nei nostri cuori e, soprattutto, che per noi è un campione del mondo”.

Adesso Felipe è pronto per una nuova avventura ma ci sarà ancora tempo e modo di salutarlo qui a Maranello in occasione degli eventi prenatalizi dell’azienda. Dal 1° gennaio vestirà i colori di un’altra squadra ma rimarrà sempre un amico della Ferrari: obrigado Felipe!

Source: http://formula1.ferrari.com/it

 

 

.
.
.

Posté par SireBruno à 06:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 novembre 2013

GP du Bresil à Interlagos...

Une saison qui se termine, à l'image de ce qu'elle a été:

Alors que toutes les séances d'essais se sont déroulées sous la pluie, la piste sêche du Dimanche, me donnait espoir de voir une course avec quelques surprises, car personne n'avait rouler avec les slic.

Et bien non! Vettel et Webber ont terminés au deux premières place au volant de leur avion, devant une Ferrari retrrouvée.

À noter que le podium de ce dernier Grand Prix et celui du classement du championnat du monde pilotes.

Webber, tire sa révérence et s'en va chez Porsche pour courir en Sport, et Felipe Massa change sa combinaison Rouge, pour celle de Williams.

 

Bresil classement

classement mondial

2013-Interlagos-F138-Alonso-1

2013-Interlagos-F138-Massa-1

2013-Interlagos-F138-Alonso-2

2013-Interlagos-F138-Massa-2

2013-Interlagos-Massa

 

Image 1

 

.
.
.

 

Posté par SireBruno à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 novembre 2013

Interlagos 2008... et le truc de renault


Il avait été "champion du monde" à quelques virages de la fin


24 novembre 2013 - 13h54, par D. Thys 

On se souvient qu’en 2008, Felipe Massa se dirigeait “tranquillement” vers le titre lors du dernier Grand Prix de la saison au Brésil lorsque Lewis Hamilton dépassa Timo Glock dans l’un des derniers virages de la course pour décrocher une cinquième place qui lui assurait de devenir champion du monde à la place du Brésilien de la Scuderia.

Pourtant Felipe Massa avait fait ce qu’il fallait pour battre Lewis Hamilton puisqu’il avait signé le pole position avant de décrocher la victoire. Il ne regrette donc rien puisque ce ce jour-là il n’aurait de toute façon pas pu faire mieux...

“Ce fut une bonne course, meilleure que ce que j’avais espéré,” déclare Felipa Massa à propos de ce fameux Grand Prix du Brésil. “Je ne pouvais pas faire mieux que ce que j’ai fait. Ce n’est pas au Brésil que j’ai perdu le titre. Il est certain que si j’avais perdu le titre et que j’avais été responsable de cette défaite, cela aurait été plus difficile pour moi.”

“Pour tout vous dire, je me suis donné à 120% lors de cette dernière course de la saison en 2008. J’avais pris le départ depuis la pole position et j’ai signé le meilleur tour en course. J’ai fait tout cela alors que la pression était énorme sur moi. Je savais que cela n’allait pas être facile, mais nous avons fait de notre mieux. Je suis donc très content de ce que nous avons fait lors de cette course, car j’ai perdu le titre lors d’autres courses.”

Je crois en effet que c’est à Singapour que j’ai perdu le titre. En Hongrie j’étais en tête de la course lorsque mon moteur a cassé, mais ce sont des choses qui peuvent arriver de temps en temps. Ce qui est arrivé à Singapour est en revanche inacceptable. C’est là-bas que j’ai perdu le titre, mais c’est comme ça,”poursuit Massa qui fait référence à

la course truquée par Renault/ Viry Chatillon/ Paris/ France

pour favoriser la victoire de Fernando Alonso.

“Ce qui est arrivé à Singapour est du même niveau que payer un arbitre dans un match de football, mais je ne vais pas pleurer à cause de ce qui est arrivé. C’est arrivé et j’en suis désolé, mais nous avons besoin d’y penser pour que cela n’arrive plus jamais. J’aurais préféré être champion du monde pour toujours et pas seulement pendant 30 secondes. Mais ce jour-là, j’ai peut-être disputé la finale la plus incroyable de l’histoire de la F1 et les gens se souviendront peut-être de moi pour ça,” ajoute le Brésilien.

 

 

.
.
.

`

Posté par SireBruno à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 novembre 2013

GP des Etats-Unis à Austin...

Pourquoi changer quand tout baigne. Du moin spour lui. Sebastien Vettel et sa Red-Bull. 8eme victoire consécutives pour l'Allemand, qui laisse donc Ascari et Schumacher derrière lui.

En ce qui concerne Ferrari, maigre consolation pour Fernando Alonso, qui sera le dauphin de Vettel pour la trosième fois en quatre ans.

Chez les constructeurs, les positions derrière Red-Bull devraient restées telle quelle.

resultats-Austin
classement-Austin

2013-Austin-F138-Alonso
2013-Austin-F138-Massa

 

 

.
.
.

 

Posté par SireBruno à 17:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 novembre 2013

GP d'Abu Dhabi à Yas Marina...

De 4, nous sommes passer à onze points qui séparent Ferrari de Mc Laren, ça va être compliquer pour reprendre la seconde place.

Vettel, égale le prestigieux record d'Alberto Ascari (du GP de Belgique 1952 à l'Argentine 1953) et Michael Schumacher (du GP d'Europe au GP de Hongrie 2004) (tout deux sur Ferrari) avec une septième victoire consécutive.

Il y à ceux qui parlent du record de 9 victoires consécutives d'Ascari, mais.. Il faut savoir de quoi l'on parle, des GP de F1, des GP de F2 ou du championnat du monde de F1, qui à l'époque se nommait championnat du monde des conducteurs.

De 1950 à 1960, les 500 miles d'Indianapolis étaient inscrit au calendrier du championnat du monde. Donc Ascari n'a remporter "que" 7 victoires consécutives, puisqu'il n'était pas à Indianapolis en 1953, et que ses deux victoires suivantes ne comptent donc pas comme consécutives aux 7 précédentes.

Et si tout ceux qui considèrent qu'il ne faut prendre en compte "que" les GP de F1, alors retirons toutes les victoires d'Ascari en 1952 et 1953, car il pilotait une F2, comme tout les autres, car ces années là le CM. C était réservé au Monoplaces de F2.

 

2013-Abu Dhabi-resultats
2013-Abu Dhabi-classements

 

2013-Abu Dhabi-F138-Massa & Alonso
2013-Abu Dhabi-F138-Massa
2013-Abu Dhabi-F138-Alonso

 

 

 

.
.
.

Posté par SireBruno à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 octobre 2013

3 + 1 = 4 titres consécutifs pour Vettel et Red-Bull...

Chapeau bas, Messieurs et Mesdames.

Sebastien Vettel rejoint Fangio: 1954/ 55/ 56 et 57. Schumacher: 2000/ 01/ 02/ 03, avec quatre titres consécutifs.

Il reste à Vettel à rejoindre Fangio avec ses 5 titres + 1951 et  Schumacher + 2004,

Ensuite... Les sept titres de Michael Schumacher.

Image 3
Image 2

 

2013-New Delhi-F138-Massa
2013-New Delhi-F138-Alonso

 

.
.
.

Posté par SireBruno à 13:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

26 octobre 2013

Faites gâffe...

La nuit prochaine, n'oubliez pas de vous lever à 3h moins 5, de façon à mettre vos pendules, horloges, montres, chronos et tout le reste à 2 heures.

De façon à vous réveillez à l'heure demain matin.

 

a 3h il sera 2h

 

 

.
.
.

 

Posté par SireBruno à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]