19 octobre 2016

Brawn a longtemps ignoré que Ferrari disposait d’un droit de véto...


2006-Interlagos-R Brawn-podium


19 octobre 2016 - 08h32, par Olivier Ferret 

Dans le livre Total Competition, co-écrit avec l’ancien directeur exécutif de Williams, Adam Parr, Ross Brawn révèle qu’il n’a été mis au courant du droit de véto que possédait Ferrari qu’en 2005. Soit huit années après avoir rejoint la Scuderia.

Ce droit de véto dont dispose Ferrari pour s’opposer à certaines règles n’a été rendu public qu’en 2009 alors que l’équipe italienne en disposait depuis les années 80.

"Je ne savais pas que nous avions un droit de véto à l’époque," dit-il.

Jean Todt dirigeait alors Ferrari. "Nous n’avons jamais utilisé cette possibilité. Et je ne pense pas que Jean pensait à le faire. Nous savions que cela aurait été la mauvaise chose à faire que d’utiliser ce droit de véto," ajoute Brawn.

Ce droit de véto aurait toutefois pu bien servir à Ferrari lorsque la FIA et certaines équipes (chaussées par Michelin) ont décidé d’interdire les changements de pneus en course en 2005, afin de mettre un terme à la domination de Ferrari depuis 5 ans.

Le véto n’a pas été brandi mais il a mené, indirectement, à la débâcle du Grand Prix d’Indianapolis en 2005. Seules 6 voitures chaussées en Bridgestone avaient participé à cette course, les pneus Michelin ne supportant pas les charges dans le "banking".

"Nous nous sentions vraiment lésés par le changement de règles. Alors, dans notre esprit, nous n’avons eu aucune sympathie pour toutes ces équipes qui ont eu un problème (à Indy)," révèle Brawn.

Des compromis avaient été proposés pour que les équipes en Michelin puissent participer à la course, comme une chicane dans le banking. Refusés !

 

.
.
.

Posté par SireBruno à 09:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 octobre 2016

Ma plus grande erreur s´appelle John Barnard...

13 octobre 2016 - 10h18, par Elisabeth Nay 

2014-Barhein essais prives 2-F14 T-Raikkonen & Piero Ferrariphotothèque perso

 

 

Les résultats décevants de Ferrari donnent matière à réflexion dans le monde de la Formule 1. Beaucoup de personnes, à l´instar de Flavio Briatore (ancien directeur des écuries Benetton et Renault), pensent qu´installer un centre technique en Grande-Bretagne, pays où la majorité des autres écuries sont basées, serait bénéfique.

Mais surtout, il est estimé dangereux que la plupart des personnes clés chez les Rouges soient de nationalité italienne.

Ce n´est pas l´avis de Piero Ferrari, fils du fondateur mythique du Cheval Cabré Enzo Ferrari.

« Ce n´est pas facile de diriger un département composé d´environ 1000 personnes qualifiées. Il y a eu des problèmes d´organisation, mais nous sommes maintenant sur la bonne voie » explique l´homme de 71 ans.

L´héritier a retenu des leçons issues de sa propre expérience.

« Ma plus grande erreur s´appelle John Barnard. C´est moi qui ai convaincu mon père en 1986 de l´engager. Je croyais que nous avions besoin d´un « super-cerveau » venu de l´étranger. Mais Barnard n´a jamais pu s´adapter à notre culture, ça a été une erreur inimaginable, que je regrette encore aujourd´hui. »

« C’est pourquoi je suis d’accord avec Marchionne : nous pouvons retrouver la victoire en restant en phase avec la tradition de Ferrari (en Italie). »

 

.
.
.

 

.
.
.

Posté par SireBruno à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 octobre 2016

Suzuka, GP du Japon...

Nouvelle occasion manquée.

(Vettel retrogradé de 3 places, sur la grille par les autorités, parce qu'il a eu le malheur de toucher Rosberg lors du dernier GP, alors qu'aucune voiture n'avait ni souffert, ni perdue de place ou du temps)

Et Raikkonen (retrogradé de 5 places parce qu'il a changer de boite de vitesse)

2016-Suzuka-resultats

2016-Suzuka-classements

2016-Suzuka-SF16-T-Vettel

2016-Suzuka-SF16-T-Raikkonen

 

.
.
.

Posté par SireBruno à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 octobre 2016

Sepang, GP de Malaisie...

ça deviens une (mauvaise) habitude cette année, que ce soit de leurs faute ou d'un autre pilote, le résultat reste le même.

Une voiture en moins à l'arrivée.

De plus, avec 43pts de retard sur Red-Bull, je ne vois vraiment pas comment Ferrari pourait terminer sa saison derrière Mercedes.

En ce qui concerne les pilotes, c'est idem. Verstappen frappe à la porte et risque de les passées tout les deux.

 

2016-Sepang-resultats

2016-SEpang-classements

 

2016-Sepang-SF16-T-Raikkonen

2016-Sepang-SF16-T-Vettel

 

.
.
.

 

Posté par SireBruno à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 septembre 2016

Singapour, GP de Singapour...

2016-Singapour-resultats

2016-Singapour-Classements

2016-Singapour-SF16-T-Raikkonen

2016-Singapour-SF16-T-Vettel

.
.
.

Posté par SireBruno à 16:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 septembre 2016

F. Massa, souvenir douloureux...

Massa : Fier de ma carrière, même sans titre mondial

9 septembre 2016 - 15h00, par Olivier Ferret 

"Felipe Massa est revenu sur son titre perdu en 2008, lors du dernier Grand Prix de la saison, au Brésil.

Malgré sa victoire, Lewis Hamilton a réussi à faire la remontée nécessaire dans le dernier tour pour venir lui prendre le titre.

Ces images de déception pour Massa restent gravées dans les mémoires mais, à quelques courses de sa retraite, le pilote Williams insiste sur le fait que ce n’est pas lors de cette course qu’il a perdu le titre.

Il pense d’abord à la Hongrie, quand son moteur a lâché à trois tours de l’arrivée, puis à Singapour, lorsqu’il a quitté les stands avec son tuyau de ravitaillement en essence toujours attaché à sa voiture.

"J’ai perdu le titre en 2008 pour un point. Mais ce n’est pas au Brésil que j’ai perdu le titre parce que, lors de ce Grand Prix, j’étais en pole et j’ai gagné la course. Je ne pouvais donc pas faire mieux et le titre ne dépendait pas seulement de mon résultat," se rappelle Massa.

"Ce titre s’est joué sur tant de choses qui sont arrivées avant cette course. J’avoue que je n’aime pas trop aller à Singapour à cause de ce qui s’est passé cette année-là. Ca me rend triste. Plus que ce qui s’est passé avec mon moteur en Hongrie. Parce que la casse moteur, ça fait partie du sport automobile."

"L’erreur à Singapour, ça me fait toujours mal. Mais je reste très, très fier de ma carrière, même sans ce titre."

 

Note perso:

Il est gentil le Felipe, car il a toujours dit que son erreur de Singapour en 2008, était le résultat et la conséquance de la tricherie de Renault, qui avait ordonner à son second pilote Nelsino Piquet, de se cracher contre le mur au 11em tour, pour permettre à Fernando Alonso de revenir au devant à l'aide de la SC

 

.
.
.

Posté par SireBruno à 17:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 septembre 2016

Monza, GP d'Italie...

Mieux, c'est possible, à condition que devant ils aient des problèmes.

 

2016-Monza-resultats

2016-MOnza-classements

2016-Monza-SF16-T-Vettel et Raikkonen

2016_Monza_SF15_T_Vettel

2016_Monza_SF15_T_Raikkonen

.
.
.

Posté par SireBruno à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2016

Felipe Massa prend sa retraite...

F1 - Felipe Massa annonce sa retraite de la Formule 1

source:

   

1er septembre 2016 - 13h51, par Olivier Ferret 

Claire Williams et Felipe Massa tiennent en ce moment même une conférence de presse à Monza.

Le pilote brésilien a annoncé, sans grande surprise, qu’il prendrait sa retraite de la Formule 1 à la fin de la saison.

"Merci à tous d’être venu, merci à tous pour votre soutien durant toutes ces années. Je mets un terme à ma carrière en Formule 1. Et j’annonce ma retraite ici en Italie car, il y a 10 ans, Michael Schumacher avait annoncé sa retraite ici même pour sauver ma place Ferrari."

Felipe Massa a une carrière éloquente en Formule 1, qu’il a commencé en 2002 chez Sauber avant de rejoindre Ferrari en 2006 et enfin Williams en 2014.

Il a couru 242 Grands Prix (244 engagements) et en a gagné 11, tous avec Ferrari. Il a également signé 16 poles, 15 meilleurs tours et 41 podiums. A ce jour il a marqué 1110 points.

"Ce moment me rend encore plus nerveux que n’importe lequel de mes départs en F1 ! Mais après 27 ans de carrière en sport automobile, dont 15 ans en F1, ce sera donc ma dernière saison et il me reste 8 courses à faire. Je vais essayer d’en profiter au mieux," a-t-il ajouté.

Quant à son avenir, Massa ne le dévoile pas encore.

"Il y a des choix à faire et le temps est venu pour moi de faire autre chose. Au volant d’une voiture de course ou pas, je ne sais pas encore. La seule chose dont je suis certain c’est que je vais me laisser le temps de décider ce que je vais faire, de prendre la bonne décision. J’ai envie de passer du temps avec ma famille aussi. Rien ne presse."

"En attendant je dois commencer par remercier mon épouse, mon père, mon manager Nicolas (Todt). Merci à Dieu aussi de m’avoir donné ces opportunités dans la vie et surtout, de m’avoir protégé. Un grand merci à tous ceux avec qui j’ai travaillé. J’ai tant de bons souvenirs dans les équipes que j’ai connues. Ma carrière est bien plus remplie que ce que j’attendais et ce sera avec beaucoup d’émotions que je prendrai, avec Williams, mon 250ème et dernier départ à Abu Dhabi."

2006-Sakhir-Massa-cockpit

2006-Sakhir-MassaSakihr 2008

2009-Interlagos-Massa-pit wall

 

Posté par SireBruno à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 août 2016

Spa-Francorchamps, GP de Belgique...

Nouvelle énorme désillusion à Spa, pour Ferrari qui visait le podium (et peut-être plus) avec ses deux voitures.

La Source a fait couler beaucoup d'eau...

2016-Spa Francorchamps-resultats

2016-Spa Francorchamps-classements

016-Spa Francorchamps-SF16-H-Vettel_Raikkonen et Verstappen-depart

 

2016-Spa Francorchamps-SF16-H-Vettel

2016-Spa Francorchamps-SF16-Raikkonen

 Prochain Grand Prix, le 4 septembre à Monza... Aie-aie-aie

.
.
.

Posté par SireBruno à 05:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 août 2016

Bien vu Eddie...

F1 - Eddie Irvine trouve la F1 actuelle ennuyeuse

Un partisan du « c´était mieux avant »


21 août 2016 - 15h40, par Elisabeth Nay

Depuis quelques années, la Formule 1 lutte pour conserver ses fans. Or, le nombre de spectateurs ne cesse de diminuer avec le temps. Pourtant, les instances comme la FIA ou la FOM et les écuries en lice pour le championnat ne cessent de réfléchir à des solutions pour enrayer le problème.

Eddie Irvine semble savoir pourquoi il y a une baisse de fréquentation sur les circuits et devant les télévisions. Lui-même n´est d´ailleurs pas le plus grand fan de la Formule 1 moderne. L´ancien enfant terrible n´hésite pas à dire ce qu´il pense.

« La Formule 1 a été rendue trop parfaite. Maintenant, elle est devenue ennuyeuse » explique-t-il à Motorsport-Total.

Pour lui, cela ne date pas d´hier : « ça a commencé avec l´arrivée des vibreurs presque plats et cela a continué avec les règles et les qualifications : tout doit être exactement lissé, comme ci et pas comme ça. Et c´est vraiment monotone. Je trouve que la beauté réside aussi dans les défauts. »

L´Irlandais, qui garde ses distances avec la catégorie reine, a pourtant essayé de regarder le Grand Prix d´Allemagne à la télévision… il n´a pas tenu bien longtemps.

« J´ai regardé Hockenheim pendant environ 5 minutes et après, je me suis commandé une pizza. Et franchement la pizza a été beaucoup plus intéressante ! »

Pour l´ancien pilote, il manque un fil conducteur.

« Il faut qu´ils se réunissent tous ensemble une fois pour toute pour convenir d´un plan de base. Prendre plusieurs décisions à la va-vite pour ensuite revenir en arrière et trouver encore quelque chose d´autre, ce n´est pas une bonne chose. »

Irvine trouve que la direction de la F1 est un peu brouillonne.

« Quand il faut prendre des décisions, il y a trop de personnes qui s´en mêlent. Ferrari veut ceci, Mercedes veut cela et les petites équipes veulent autre chose. Quant à Bernie (Ecclestone), et pourtant Dieu sait que je l´adore, eh bien... il est trop vieux ! »

Un des griefs que l´ancien pilote a contre la discipline est que « les voitures n’abandonnent presque plus jamais. Avant, même les petites équipes pouvaient décrocher des points, parce que les équipes de pointe abandonnaient plus souvent sur accident ou casse. C´était excitant pour tout le monde parce qu´il y avait toujours une surprise possible. »

« Bien sûr, il ne s´agit pas d´obliger les voitures à casser, mais tu peux faire en sorte qu´une voiture se casse si un pilote roule trop sur les vibreurs. Les pilotes qui commettent une erreur doivent être sanctionnés de la sorte. Parce qu´aujourd´hui, quand les pilotes sortent de la piste, dans 50% des cas ils ne perdent même pas une position. Quand on pense que dans les années 60 les pilotes perdaient la vie pour une erreur de pilotage, c´est vraiment ridicule ce qu´il se passe de nos jours. »

Enfin, Irvine n´aime pas du tout le DRS, qui pour lui, fait vraiment du tort à la F1.

« Et il y a ce bouton, avec lequel tu peux doubler. Aujourd´hui cela importe peu si tu réussis à être sixième ou septième en qualifications, car en course, les voitures les plus rapides n´ont qu´à appuyer sur un bouton et finissent par doubler. Ce qui fait que la pression en qualification n´est plus du tout la même : si tu commets une erreur en qualification, ce n´est plus décisif. »

 

 

.
.
.

Posté par SireBruno à 19:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]