comment j'ai ressenti les événements, ou comment ils se sont passés.

06 mars 2021

1972. Tour de France Automobile

 

365 GTB 4-14407-Migault_Rouveyrant-Annecy Visitation TdF 1972-23 sept-02365 GTB 4-14407-Migault_Rouveyrant-Annecy Basilique de la Visitation, parc fermé, avant l'épreuve du Semnoz

365 GTB 4-14407-Migault_Rouveyrant-Annecy Visitation TdF 1972-23 sept-D365 GTB 4-14407-Migault_Rouveyrant-Annecy Basilique de la Visitation, parc fermé, avant l'épreuve du Semnoz-23 sept- avec Daniel. Marin et Gaetano. Fiorini

365 GTB 4-14407-Migault_Rouveyrant-Annecy Visitation TdF 1972-23 sept-01365 GTB 4-14407-Migault_Rouveyrant-Annecy Basilique de la Visitation, parc fermé, départ pour le Semnoz-23 sept-

 

 

1972-Annecy TdF -Elford_Bruno

1972-Annecy TdF -Elford_Fiorini

Vic Elford-Annecy Basilique de la Visitation, parc fermé, avant l'épreuve du Semnoz-23 sept- avec Gaetano. Fiorini

 

.
.
.

 

 

 

 

Posté par SireBruno à 11:20:51 - - Permalien [#]


14 février 2021

il Tunnel di Franco Gozzi-Brands Hatch 1970

Ferrari-il Tunnel di Franco Gozzi-Brands Hatch 1970

.

.

.

Posté par SireBruno à 11:00:00 - - Permalien [#]

04 juillet 2020

les gants de Rolando Levoni...

1979, Monaco:

"Jody Scheckter arrive dans le box Ferrari avant les qualifs, après avoir mis sa cagoule et son casque, est s'être s'installé dans sa 312 T4, il se rend compte qu'il n'a pas ses gants.

Pas de gants rien, il a dû les oubliés au Paddock.

Un de ses mecaniciens, Rolando Levoni lui propose les siens, qu'il a dans sa poche arrière. Il les retournes de façon a ce que les coutures soit à l'exterieur, et les tend à Scheckter.

C'est avec ces gants qu'il va réaliser la Pole.

 

Capture d’écran 2020-07-04 à 17

1979-Monaco-312 T4-Scheckter-Gare

Source: Rolando Levoni.

 

.
.
.

Posté par SireBruno à 17:42:00 - - Permalien [#]

19 mai 2020

Une ferme de l'Émilie...

Une ferme de l'Émilie : voilà comment se présente le siège historique de Maranello à ceux qui se tiennent devant ses grilles. C'est dans cet esprit qu'Enzo Ferrari le construisit, contraint par les restrictions de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd'hui, une architecture high-tech s'y est développée. Toutes les nouvelles Ferrari passent encore ce portail, d'où sortit en 1947 la première mythique 125 S.

 

Texte: Vincenzo Borgomeo
Il y a quelque chose de magique à franchir les grilles de via Abetone Inferiore 4, à Maranello : l'usine Ferrari, siège historique de la marque, est aujourd'hui encore une icône de la Maison du Cheval cabré, avec un portail d'entrée rouge brique et un long bâtiment bas en crépi jaune ocre. Une construction à mi-chemin entre une grande ferme de la plaine du Pô et un atelier historique anglais, dont le caractère paysan ressort encore plus au milieu des plantations et des vergers. De l'extérieur, il est difficile de croire que cette ancienne structure donne naissance aux bolides de course et aux supercars les plus convoités de la planète.

Mais c'est justement ce contraste qui rend magique, comme nous le disions, l'entrée de Ferrari : la grille évoque « Stargate », plus une porte spatio-temporelle qu'un simple élément de sécurité servant à éloigner les regards curieux. Nous ne parlons pas d'un artifice de science-fiction, car l'adresse de via Abetone Inferiore 4 est bien ce qu'elle semble : l'ancienne entrée d'une ferme. Après avoir franchi la grille, on pénètre dans la ferme la plus technologique au monde.

 

1967-Maranello-entree usine1967:

 

Tout est lié à de profondes raisons historiques : c'est sur cette route qu'après la guerre, l'usine Ferrari occupe une propriété du « Fondo Cavani » d'environ 17 000 mètres carrés. Les documents historiques rapportent que le 4 décembre 1942, le maire de Maranello autorisa Enzo Ferrari à acheter et à rénover un « hangar en métal » pour Auto Avio Costruzioni - Scuderia Ferrari.

1943-l Officina Ferrari-Maranello1943:

 

En réalité, la restructuration ressembla plus à un simple démantèlement des structures en fer, métal qui devait être remis à la patrie pour l'effort de guerre. Et pour la reconstruction, il était formellement interdit d'utiliser du béton et du fer. Voilà pourquoi Enzo Ferrari utilisa d'anciennes techniques de construction : des murs en briques et un toit à chevrons en bois. Une méthode qui détermina la forme de l'édifice et son étrange architecture : une cour irrégulière, avec de longues ailes en maçonnerie, en briques et un crépi jaune ocre, et des toits à double pente.

Voici l'âme de Ferrari. Un aspect digne d'une vieille ferme de l’Émilie Romagne et un cœur high-tech. Et c'est cette âme qui a été respectée et revisitée au fil des années lors des différents ajouts, de la réalisation de la soufflerie et de la GES (la gestion sportive), en passant par le « Centre de développement produit ». Comme dans toutes les fermes, les différentes zones (les habitations, les étables, les écuries, etc.) sont reliées entre elles par des cours. En plein air, avec une visibilité totale sur l'activité de la structure. Les cours de Ferrari étaient à l'époque l'unique liaison entre les différentes structures : elles exposaient le travail que l'on faisait dans l'entreprise. Comme dans une ferme. Aujourd'hui encore, l'âme de la ferme est préservée.

 

4 via Abetone inf-uscitta della Fabbrica

 

Ce n'est pas un hasard si les bâtiments de Ferrari sont aujourd’hui encore traversés par des parcours qui relient, tant horizontalement que verticalement, les différentes zones pour faciliter un échange d'informations constant entre les équipes interfonctionnelles et permettre de suivre de près toutes les phases du cycle du produit. Une structure magique qui fascine et surprend, notamment par son aspect extérieur. En effet, les baies vitrées, de grands rideaux transparents mais non isolants, enveloppent chaque côté de l'édifice, offrant une vue d'ensemble imprenable sur les opérations. Elles nous rappellent qu'un produit technologique de haut niveau est toujours le fruit d'une incessante collaboration entre tous les systèmes qui participent à sa conception et à sa fabrication.

Mais il existe un détail qui a lui seul vaut mille discours pour comprendre cette continuité de l'image et de la stratégie : toutes les Ferrari, de la première 125 S à la Roma, sont sorties du portail en briques de via Abetone Inferiore 4, comme en témoigne un historique et spectaculaire cliché de l'époque : nous sommes en 1947 et la 125 S sort de chez Ferrari comme un oiseau quitte son nid. Depuis, la marque a fait beaucoup de route...

1947-Maranello-entree de l Usine-2

 

© Ferrari s.p.a

 

 

 

 

 

 

Posté par SireBruno à 11:31:41 - - Permalien [#]

21 août 2019

1984. Dallas.

Grand Prix de Dallas 1984:

Beaucoup de sorties de piste (si l'on peut appeler ça une piste) énormément de touchettes (non pas contre les rails, y en avait pas) contre des énormes blocs en bétons, pour délimiter cet immense parking.

Parmi ces contacts involontaires, on note le jeune Ayrton Senna qui n’en est qu’à son 9e Grand Prix, mais qui démontre déjà une précision et un sens de l’analyse remarquable.

Revenant à son stand chez Toleman, il refuse d’en démordre : ce n’est pas lui qui a fait une faute, c’est le mur qui a bougé !

Il bassine tellement son ingénieur en chef, Pat Symonds que celui-ci accepte de l’accompagner sur place pour voir le mur en question.

Et les deux hommes constatent que le bloc de béton a bel et bien bougé !

Une voiture a dû le pousser à une extrémité, le faisant avancer de l’autre côté, là où Senna avait son repère.

Un tout petit rapprochement; Symonds parle d’un cm à peu près, mais qui a suffi à faire la différence !

Un (1) centimètre, un seul sur la trajectoire de Senna.

 

1984-Dallas-Senna Toleman

 

.
.
.

Posté par SireBruno à 10:10:00 - - Permalien [#]


08 mai 2019

8 Mai 1982. 13h52'...

1982-Zolder-126 C2-Villeneuve-05

 

1982-Montreal-Salut Gilles

Posté par SireBruno à 15:29:00 - - Permalien [#]

24 octobre 2018

24 octobre 1948: GP del Lago del Garda...

1948-Lac de Garda-166 SC-Bessana-24 octobre

1948-Lac de Garda-166 SC-Farina_Sterzi_Righetti-24 octobre-1

1948-Lac de Garda-166 SC-Farina_Sterzi_Righetti-24 octobre-2

1948-Lac de Garda-166 SC-Sterzi_Bianchetti_Bessana-24 octobre

1948-Lac de Garda-166 SC-Sterzi-24 octobre 1

 

1948-Lac de Garda-125 F1-06C-Farina-24 octobre

 

 

 

 

 


24-oct-1948 Circuito del Garda - Salo 1     Giuseppe "Nino" Farina 125 F1 "Compressore" 6 06C
24-oct-1948 Circuito del Garda - Salo 2     Comte Bruno Sterzi 166 SC Allemano 34 001S
24-oct-1948 Circuito del Garda - Salo 4     Soave Besana 166 C Spider 2 004C
24-oct-1948 Circuito del Garda - Salo 6     Clemente Biondetti/Ferdinando Righetti 166 SC 14 010C
24-oct-1948 Circuito del Garda - Salo 8     Prince Igor Troubetzkoy 166 SC 22 006i
24-oct-1948 Circuito del Garda - Salo n.p     Luigi "Gigi" Villoresi 166 F2 4  
               
                 
                 
                 
                 
                 

Posté par SireBruno à 04:58:00 - - Permalien [#]

09 août 2018

1977. Scheckter et Villeneuve.

 

Je viens d'apprendre, de la bouche de Piero Ferrari, que l'engageemnt de Gilles Villeneuve à la fin de la saison 1977, à été lié à l'arrivée prochaine de Jody Scheckter.

Ferrari avait contacté Schecketer durant la saison 1977, pour un engageemnt en 1978, mais le Sud-Africain avait un contrat en acier, et ne pouvait se libérer.

Décision, à été prise pour un engagement en 1979.

C'est à partir de là qu'Enzo Ferrari à décidé de faire un "pari" et d'engagé un tout jeune débutant du nom de Gilles Villeneuve, aux côtés de Scheckter.

1977-Mosport-Villeneuve_Tomaini1977 Mosport: Villeneuve et son ingenieur d'exploitation, Tomaini.

 

 

1979-Forghieri_Scheckter_Villeneuve1979: Forghieri, Scheckter et Villeneuve;

 

 

1979-Monza-Scheckter1979 Monza: Scheckter.

 

À cette époque Villeneuve courait au Canada dans l'équipe de Walter Wolf (qui engageait Scheckter en F1) et ce dernier l'avait recommander à Enzo Ferrari, de même que Chris Amon qui courait dans la même Équipe.

 

 

 

 

 

 

Source.

.

.

.

Posté par SireBruno à 11:54:00 - - Permalien [#]

01 mai 2018

Imola...

1 mai 1994...

 

Une modification de la direction de sa Williams-Renault-Elf, mal concue, une soudure mal effectuée.

Et Un des plus grands pilotes de l'histoire nous quittait.

Paix à son Ame.

 

1960-1994-Senna-Aurigae

1984-Monaco-Senna Toleman

1985-Adelaide-Senna team Lotus-pole

1987-Monaco-Senna-Mirabeau

1988-Detroit-Senna

1992-Kyalami-Senna-habitacle

1990-Angra dos Reis-Senna

1990-Senna concentration

1994-Imola-Senna-12-14h17

1994-Imola-Senna-20

 

 

.
.
.

Posté par SireBruno à 08:35:11 - - Permalien [#]

05 février 2018

4 et 5 fevrier 1967...

24h de Daytona. CM. Sport

 

1er:     Lorenzo Bandini/Chris Amon : 330 P3/4: n°23: 0846: SEFAC

 2em: Ludovico Scarfiotti/Mikes Parkes: 330 P4: n°24: 0856: SEFAC

3em: Pedro Rodriguez/Jean Guichet: 412 P: n°26: 0844: NART

                 
                 
                 

 

 

 

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-00a

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-00b

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-01

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-02

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-03

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-04-b

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-04-c

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-05

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-06

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-07

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-08

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-09

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-10

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-11

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-07

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-12

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-13

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-14

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-15

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-Daytona Morning Journal-3

1967-Daytona-412 P_330 P 4_330 P3 4-arrivee-Daytona Morning Journal

.

.

.

Posté par SireBruno à 20:42:00 - - Permalien [#]